L’Ambassadeur Zamir Akram

Ambassador Akram Chair-Rapporteur of the Human Rights Council Working Group on the Right to DevelopmentEn 2015, l’Ambassadeur Zamir Akram a été élu Président-Rapporteur du Groupe de travail sur le droit au développement du Conseil des droits de l’homme.

Le Président-Rapporteur est notamment chargé de présider la session annuelle, d’organiser des consultations formelles et informelles avec des groupes politiques et régionaux, des États Membres, des organismes des Nations Unies, des organisations non gouvernementales et de la société civile en lien avec le travail du Groupe, de présenter le rapport du Groupe à l’Assemblée générale et au Conseil des droits de l’homme, et de mener des activités entre les sessions annuelles à la demande du Groupe. Par exemple, le Président-Rapporteur a élaboré et soumis au Groupe, à la demande de ce dernier, un projet de convention sur le droit au développement. Ce processus a été soutenu par des experts internationaux et par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme.

En tant qu’Ambassadeur et Représentant permanent du Pakistan auprès des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève de 2008 à 2015, Zamir Akram a joué un rôle de premier plan dans de nombreux domaines, tels que le désarmement, les droits de l’homme, les réfugiés, les affaires humanitaires, le commerce et le développement, la propriété intellectuelle, ou encore le travail et la santé. Il a joué un rôle prépondérant en faveur de l’adoption d’un consensus sur plusieurs résolutions controversées concernant l’intolérance religieuse, la liberté de religion et la liberté d’expression.

L’Ambassadeur a intégré le service diplomatique pakistanais en 1978 et a occupé plusieurs postes importants, notamment dans l’ancienne Union soviétique, en Inde, aux États-Unis (deux fois) et auprès des Nations Unies (également deux fois). Tout au long de sa carrière, il a travaillé sur plusieurs questions phares, dont l’Afghanistan, la non-prolifération des armes nucléaires, le contrôle des armes et le désarmement, les interventions en cas de catastrophe et le relèvement, les réformes des Nations Unies, les droits de l’homme et la lutte contre le terrorisme.