Gerard Quinn, Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées

Photo portrait of Gerard Quinn, UN Special Rapporteur on the rights of persons with disabilities ©OHCHRGerard Quinn a été nommé Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées par le Conseil des droits de l’homme à sa 45e session en octobre 2020.

M. Quinn est titulaire de deux chaires de recherche à l’Institut Raoul Wallenberg des droits de l’homme de l’Université de Lund (Suède) et à l’Université de Leeds (Royaume-Uni). 

Ce diplômé de la faculté de droit de Harvard, de King’s Inns (Dublin) et de la National University of Ireland était auparavant titulaire de chaire à la National University of Ireland, où il a fondé et dirigé le Centre on Disability Law and Policy.

En Irlande, il a été membre de la Commission sur le statut des personnes handicapées (1992-1996), qui était composée en majorité de personnes handicapées.

Cette Commission a produit un premier modèle de changement en Irlande fondé sur l’égalité.  Il a ensuite été directeur de recherche à la Commission gouvernementale de réforme du droit (1997-1998).  Il a été membre de l’équipe spéciale du gouvernement irlandais sur l’individualisation des budgets et des services (2017-2018).  Il a effectué deux mandats au sein de la Commission des droits de l’homme de l’Irlande.  À l’invitation du président irlandais, il a siégé au Conseil d’État irlandais de janvier 2012 à 2018.

M. Quinn a été le principal « point de contact » du réseau mondial des institutions nationales des droits de l’homme pendant une grande partie des négociations de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et a été chef de délégation de Rehabilitation International dans le cadre du Groupe de travail des Nations Unies (2004).  Il a été premier vice-président du Comité européen des droits sociaux (organe de suivi des droits économiques et sociaux au Conseil de l’Europe), où il a contribué à développer sa jurisprudence sur les droits des personnes handicapées et des personnes âgées. 

Il a reçu trois prix pour son travail sur le droit international des personnes handicapées - de Rehabilitation International (RI), du Conseil international des personnes handicapées des États-Unis (USICD) et de l’Association européenne des prestataires de services (EASPD). Il a été fonctionnaire temporaire à la Commission européenne (agent auxiliaire) au milieu des années 1990 et a contribué à l’élaboration de sa politique en matière de handicap fondée sur l’égalité (1996). Il a été membre du comité scientifique (conseil consultatif de la recherche) de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (2013-2018) en tant que responsable des droits des personnes handicapées et des personnes âgées. 

Il a auparavant fait partie de plusieurs autres conseils consultatifs sur les questions liées au handicap, notamment pour les organismes Human Rights Watch (New York), Open Society Foundations (Washington), Interights (Londres) et le Centre européen des fondations (Bruxelles).   

Il a publié plusieurs ouvrages sur le droit international et européen en matière de handicap, dont plusieurs ont été traduits en japonais, chinois, russe, français et espagnol.  Il a dirigé et entrepris des recherches pour le HCDH (étude de 2002 sur l’utilisation actuelle et les possibilités futures des traités des Nations Unies relatifs aux droits de l’homme dans le contexte du handicap) et a plus récemment terminé une étude pour le HCDH sur la réalisation d’une vie indépendante et l’avenir des fonds structurels de l’Union européenne (avril 2012).  Il a codirigé le programme de recherche EU Structural Funds Watch et a présenté un important rapport au Parlement européen en 2017 sur son expérience dans le cadre du fonds.  Il a codirigé une recherche pour la Commission européenne en 2010 sur les implications de la ratification par l’Union européenne du traité des Nations Unies sur le handicap (publiée par l’European Foundation Centre).   Il a récemment publié un livre sur la législation relative à la discrimination génétique ainsi qu’un manuel destiné aux institutions nationales des droits de l’homme sur les questions relatives au handicap. Il s’exprime régulièrement dans le monde entier sur la question du handicap et est récemment intervenu en tant que principal intervenant européen lors de la Réunion Asie-Europe (ASEM, Pékin) sur les droits des personnes handicapées (2017).

M. Quinn a occupé des postes de professeur invité et de chercheur à la faculté de droit de Harvard, à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW, Australie), à la National Academy for Legal Studies and Research (NALSAR, Hyderabad, Inde), à l’Université Deakin (Australie), à l’Université Fudan (Shanghai), à la Wuhan University Law School (Chine) et à l’Université de Haïfa (Israël). Il a obtenu une bourse du Gouvernement de l’Inde en 2015 (Programme GIAN), dans cadre de laquelle il a enseigné un cours sur les nouvelles avancées en matière de biotechnologie et d’identité individuelle.

Il a récemment publié un document sur les enseignements à tirer de la rédaction du traité des Nations Unies sur le handicap en vue d’un éventuel traité des Nations Unies sur les droits des personnes âgées ainsi que sur l’autonomie et la capacité juridique des personnes âgées.  Ses recherches actuelles portent sur des théories en lien avec l’identité individuelle et les nouvelles technologies, l’intersectionnalité entre l’âge et le handicap, l’extrême pauvreté et le handicap, et la protection des personnes handicapées pendant les conflits armés.