À propos du mandat du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation


Activités du Rapporteur spécial

Le Rapporteur spécial met en œuvre son mandat de plusieurs manières et grâce à de nombreuses activités, notamment :

  • en présentant des rapports annuels au Conseil des droits de l’homme et à l’Assemblée générale sur les activités et les études menées en vue de mettre en œuvre le mandat (voir les rapports thématiques annuels)
  • en suivant la situation sur le droit à l’alimentation à travers le monde ;
  • en identifiant les tendances générales liées au droit à l’alimentation et en effectuant des visites de pays lui permettant d’obtenir des informations de première main sur la situation concernant le droit à l’alimentation dans un pays particulier (voir les visites de pays) ;
  • en communiquant avec les États et d’autres parties intéressées au sujet de cas présumés de violations du droit à l’alimentation (y compris des observations sur la législation et les orientations) et d’autres questions liées au mandat ;
  • en promouvant la pleine réalisation du droit à l’alimentation dans le cadre d’un dialogue avec les acteurs pertinents en participant à des séminaires, des conférences ou encore des réunions d’experts.

Portée du mandat

Conformément à la résolution 6/2 du Conseil des droits de l’homme, les aspects suivants relèvent du mandat du Rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation.

a. Promouvoir la réalisation complète du droit à l’alimentation et l’adoption de mesures aux niveaux national, régional et international visant à assurer la réalisation du droit de chacun à une alimentation suffisante et du droit fondamental qu’a toute personne de ne pas souffrir de la faim, de façon à pouvoir développer pleinement ses capacités physiques et mentales et les conserver.

b. Examiner les moyens de surmonter les obstacles anciens ou nouveaux qui entravent la réalisation du droit à l’alimentation.

c. Continuer d’intégrer une démarche soucieuse d’équité entre les sexes et de tenir compte de l’âge dans les activités relevant de son mandat, étant donné que les femmes et les enfants sont touchés de façon disproportionnée par la faim, l’insécurité alimentaire et la pauvreté.

d. Présenter des recommandations sur les mesures qui peuvent être prises en vue d’assurer la pleine réalisation du droit à l’alimentation, notamment des mesures visant à faire en sorte que chacun soit à l’abri de la faim et puisse exercer pleinement le droit à l’alimentation, compte tenu des leçons tirées de la mise en œuvre de plans nationaux de lutte contre la faim.

e. Travailler avec tous les États, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, ainsi qu’avec les autres acteurs afin de tenir pleinement compte de la nécessité de promouvoir la réalisation effective du droit à l’alimentation pour tous, notamment dans le contexte des négociations en cours dans différents domaines.

Continuer à participer et à contribuer à des conférences et manifestations internationales pertinentes en vue de promouvoir la réalisation du droit à l’alimentation.