Header image for news printout

L’expert de l'ONU exhorte le Mali à intensifier ses efforts pour retrouver et libérer le chef de l'opposition

English

GENÈVE (30 juillet 2020) - L'expert de l'ONU sur les droits de l'homme au Mali a appelé aujourd'hui ce pays d'Afrique de l'Ouest à redoubler d'efforts pour retrouver et libérer le chef de l'opposition Soumaïla Cissé, qui a été enlevé il y a plus de quatre mois, le 25 mars.

« Il est troublant que le sort de M. Cissé demeure un mystère quatre mois après son enlèvement », a déclaré Alioune Tine, expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Mali. « Je me joins à l'appel de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), qui a demandé aux autorités maliennes de redoubler d'efforts pour le faire libérer »

L’enlèvement de Cissé, qui aurait été le fait de groupes extrémistes violents, alors qu’il faisait campagne dans son bastion de Niafunké dans la région de Tombouctou, a plongé le pays dans une nouvelle tourmente.

« Je salue le fait qu'au cours du mois d'avril, les autorités ont mis en place une cellule de crise pour coordonner les efforts de libération de M. Cissé », a déclaré Tine. « Cependant, conformément à ses obligations internationales, le Mali doit intensifier ses efforts pour rechercher et localiser M. Cissé ainsi que pour éclaircir le sort qu’il lui a été réservé et le lieu où il se trouve afin obtenir sa libération le plus rapidement possible ».

Les enlèvements restent une préoccupation majeure au Mali, en particulier dans la région de Tombouctou où le chef de l'opposition a été kidnappé. Du début de cette année au 21 juillet, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali a documenté au moins 99 enlèvements par des acteurs non étatiques dans différentes régions du pays.

« J'exhorte les autorités maliennes, avec l'aide de la communauté internationale, à prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer la protection des civils, y compris contre les enlèvements, et à obtenir dans les meilleurs délais la libération d'autres personnes qui restent à ce jour entre les mains de leurs ravisseurs », a déclaré Tine. Il a également appelé à ce que les responsables des enlèvements répondent de leurs actes.

Il a également appelé les Maliens à mettre fin à des mois d'instabilité. « J’appelle les filles et les fils du Mali à puiser dans les ressorts profonds de leur culture et de leur histoire les remèdes appropriés pour surmonter ensemble par le dialogue et dans la paix cette grave crise qui menace leur pays et la sous-région », a-t-il déclaré.

FIN

L’EXPERT : M. Alioune Tine (Sénégal) a pris ses fonctions d'expert indépendant sur la situation des droits de l'homme au Malile 1er mai 2018. Le mandat d'expert indépendant a été renouvelé par le Conseil des droits de l'homme le 22 mars 2019 pour une période d'un an afin d'aider le gouvernement du Mali dans ses actions de promotion et de protection des droits de l'homme et dans la mise en œuvre des recommandations formulées dans les résolutions du Conseil. M. Tine a été membre fondateur et président de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l'homme (RADDHO) et coordinateur du Forum des ONG africaines lors de la Conférence mondiale contre le racisme en 2000. Entre 2014 et 2018, M. Tine a été le directeur régional d'Amnesty International pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Il a publié de nombreux articles et études sur la littérature et les droits de l'homme.

Les Experts indépendants font partie de ce qu’on appelle les procédures spéciales du Conseil des droits de l’homme. Le terme « procédures spéciales », qui désigne le plus grand corps d’experts indépendants au sein du système onusien des droits de l’homme, est généralement attribué aux mécanismes indépendants d’enquête et de supervision mis en place par le Conseil des droits de l’homme afin de traiter de la situation spécifique d’un pays ou de questions thématiques dans toutes les régions du monde. Les experts des procédures spéciales travaillent bénévolement ; ils n’appartiennent pas au personnel de l’ONU et ne perçoivent pas de salaire pour leur travail. Ils sont indépendants de tout gouvernement ou de toute organisation et exercent leurs fonctions à titre individuel.

Pour les demandes de renseignements et demandes des médias, veuillez communiquer avec M. Jean Claude Misenga (jmisenga@ohchr.org).


Pour toute requête des médias relative à d’autres experts indépendants des Nations Unies, veuillez contacter Renato de Souza (
+41 22 928 9855 / rrosariodesouza@ohchr.org) et Kitty McKinsey (kmckinsey@ohchr.org).

Suivez les actualités des experts indépendants des droits de l’homme des Nations Unies sur Twitter : @UN_SPExperts.

Le monde actuel vous préoccupe ?
DÉFENDEZ les droits des autres dès aujourd’hui.
Rejoignez la campagne « Défendez les droits de l’homme » (#Standup4humanrights)
et visitez le site Web
http://www.standup4humanrights.org