À propos des substances toxiques et des droits de l’homme

Les produits dangereux issus de l’activité humaine affectent de nombreux domaines de notre vie quotidienne. Des substances toxiques se retrouvent souvent dans la nourriture que nous consommons, dans l’air que nous respirons, dans l’eau que nous buvons, et dans les lieux où nous vivons et nous travaillons. Il existe un lien entre cette exposition nocive et diverses formes de cancer, d’anomalies de la reproduction, de maladies pulmonaires, de diabète et de troubles de l’apprentissage, entre autres effets néfastes sur la santé.

Notre exposition incessante à des substances toxiques provenant d’une multitude de sources compromet directement nos droits à la vie, qui relèvent des droits de l’homme. Elle nous empêche d’atteindre le meilleur état de santé possible, et freine également l’accès à l’intégrité physique, à l’eau potable et à l’alimentation, à un logement convenable et, dans un nombre croissant d’États, au droit à un environnement sain.

Populations particulièrement menacées : les personnes touchées par la pauvreté, les peuples autochtones, les travailleurs, les migrants, les minorités, les femmes, les enfants

L’exposition à des substances toxiques et autres substances dangereuses touche souvent les populations les plus vulnérables, parmi lesquelles les personnes vivant dans la pauvreté, les peuples autochtones, les travailleurs, les migrants et les minorités. Dans les cas d’exposition à des substances toxiques, les droits des femmes et des enfants sont fréquemment compromis.

Les enfants sont sans doute la partie de la population la plus à risque. Les pédiatres décrivent malheureusement un certain nombre d’enfants comme étant déjà « pollués à la naissance », ce qui entraîne une « pandémie silencieuse » de maladies, de handicaps et de décès prématurés dans le monde entier. On constate la présence de centaines de produits chimiques toxiques dans le corps de centaines d’enfants avant même leur naissance. Les scientifiques ont établi un lien entre les taux élevés de certains cancers et d’autres effets néfastes sur la santé et l’augmentation de la production, de l’utilisation et de la consommation de produits chimiques toxiques au cours des dernières décennies.

De nombreux cas d’atteintes aux droits de l’homme sont perpétrés par des entreprises. Il s’agit de cas d’empoisonnement de communautés, de travailleurs et de consommateurs avec des substances toxiques. Ces abus sont le résultat des industries extractives, de l’utilisation de pesticides dans l’agriculture, des produits chimiques industriels dans l’industrie manufacturière, des émissions des centrales électriques, des usines, des véhicules et d’autres sources, et bien évidemment de l’élimination inadéquate des déchets.


Procédures spéciales
Rapporteur spécial sur les substances toxiques et les droits de l’homme
Récents rapports thématiques
Questions traitées
Coordonnées

M. Marcos A. Orellana
Rapporteur spécial sur les substances toxiques et les droits de l’homme
HCDH-ONUG
Avenue Giuseppe Motta 48,
CH-1202 Genève
Suisse
Télécopie : +41 22 917 90 06
Courriel : srtoxicshr@ohchr.org

Suivre le Rapporteur spécial sur Twitter : @SRtoxics

Pour vous abonner ou vous désabonner du bulletin d’information du Rapporteur spécial, veuillez envoyer un courriel à srtoxicshr@ohchr.org en indiquant « bulletin d’information » dans l’objet du message.

Autres participations
Liens externes